Installations de Mont-Soleil, du Stade de Suisse et du Jungfraujoch (2005)

La production d’électricité solaire dépend en grande partie de l’orientation des panneaux solaires, des conditions météorologiques et, dans une moindre mesure, de la température. Les installations de Mont-Soleil, du Stade de Suisse et du Jungfraujoch présentent des pics de production à des moments différents de l’année. Ainsi, à Mont-soleil et sur le Jungfraujoch, la production est plus importante l’hiver car les panneaux sont orientés verticalement. Au Stade de Suisse, ils sont horizontaux, ce qui est plus avantageux en été.

La production spécifique mensuelle de chacune des trois installations photovoltaïques

Pour plus d’informations

Stade de Suisse

Jungfraujoch

 

Critères de rendement des panneaux solaires (2002 – 2004)

Par expérience, nous savons que deux panneaux solaires affichant la même puissance nominale peuvent présenter de grandes différences de rendement énergétique sur l’année. La spécification courante de la puissance des modules solaires se limite à la puissance nominale en conditions de tests standard, ce qui réduit les possibilités de comparer les modules de différentes marques et de différentes technologies. L’objectif du projet de recherche était d’affiner la spécification de puissance afin de permettre au consommateur de comparer réellement le rendement de modules de différentes marques.

Ce projet a été cofinancé par l’Office fédéral de l’énergie, et soutenu au niveau européen notamment par différents instituts de renom tels que le Joint Research Center à Ispra (Italie), le LEEE-TISO à Lugano, l’Institut für Sonnenenergie-Technik ISET à Kassel (Allemagne) et l’Institut Paul Scherrer.

 

Normes de sécurité des installations photovoltaïques (2004)

Après plus de dix années, la norme provisoire SEV concernant la sécurité des installations photovoltaïques raccordées au réseau a été révisée et intégrée à la norme nationale d’installation à basse tension (NIBT). Il était nécessaire de prendre en compte les évolutions des technologies système, les nouvelles normes de protection contre la foudre et de mise à la terre, les nouvelles normes IEC ainsi que les nouvelles prescriptions applicables en matière d’installations.

La norme de sécurité est entrée en vigueur le 1er novembre 2004. Elle est distribuée par Electrosuisse dans un document séparé, sous le numéro STI 233.1104. Elle sera intégrée ultérieurement à la NIBT.

Pour plus d’informations: Norme de sécuri

 

Tests en plein air de cellules solaires (1999)

Le projet de l’EPF de Lausanne visait à tester et à mesurer les cellules solaires de nouvelle génération développées dans les laboratoires photovoltaïques de Suisse. Trois types de cellules ont ainsi été testés: les cellules solaires colorées du professeur Grätzel, les cellules solaires en silicium amorphe et microcristallin de l’Université de Neuchâtel (professeur A. Shah) et les cellules en silicium cristallin de l’Institut Paul Scherrer (W. Durisch).

Les cellules ont été analysées en laboratoire, à Mont-Soleil ainsi que sur l’installation de test en plein air de l’Institut Paul Scherer. A Mont-Soleil, trois cellules colorées ont été montées dans une boîte simulant différentes conditions météorologiques. Deux problèmes majeurs ont été identifiés: leur stabilité et leur durée de vie. En effet, après quelques mois seulement, les cellules s’étaient dégradées et ne fonctionnaient plus.

 

Promont-Soleil (1998 – 1999)

En 1998, le lancement de la campagne «Promont-Soleil» a ouvert la voie à de nouvelles formes de promotion de la R&D dans le domaine photovoltaïque. L’objectif était de faire participer les institutions, les entreprises et les particuliers à des programmes d’essai concrets pour le développement du photovoltaïque. Pour deux projets tests (toitures solaires et tests de cellules en laboratoire), un nombre suffisant de partenaires a pu être trouvé.

 

Tests de systèmes (1997 – 1999)

En 1997, la HES de Saint-Imier a étendu sur mandat de la Société Mont-Soleil les recherches du centre d’essai Mont-Soleil aux systèmes complets, dans le but de comparer la puissance de différents systèmes. A cette fin, l’un des 110 panneaux de la centrale a été isolé du système électrique. Le rendement de cette petite installation a alors été comparé à celui de la centrale. Il est apparu que celle-ci présente très souvent un meilleur rendement que la petite installation.

 

Tests de modules (1993 – 1999)

L’objectif de ce projet était de tester à Mont-Soleil le comportement de nouveaux modules dans des conditions météorologiques réalistes mais difficiles. L’accent a été mis sur les modules à fort rendement ainsi que sur ceux présentant un important potentiel de réduction des coûts, notamment sur les modules intégrant les technologies couches minces.

Le projet était géré par la HES de Saint-Imier et la Société Mont-Soleil, avec le soutien financier de l’OFEN. Il a débouché sur un autre projet en 2000.

Pour plus d’informations: Second projet des tests de modules

 

Evaluation scientifique de l’exploitation (1992 – 1999)

Le premier projet de recherche a consisté à mesurer et à analyser les données techniques de l’exploitation. L’EISI (HES de Saint-Imier) fournit l’équipement, notamment informatique, nécessaire à ce travail.

Un grand nombre de valeurs a été relevé. Leur évaluation a permis une analyse du comportement de l’installation dans différentes conditions d’exploitation. Les chercheurs se sont notamment intéressés au flux énergétique, du rayonnement solaire à l’injection du courant sur le réseau, ainsi qu’au rendement et aux pertes des différents systèmes partiels.

Le projet a bénéficié d’une importante contribution de l’OFEN. Il s’est terminé en 1999 et a été repris deux ans plus tard sous le nom de «Comportement à long terme des installations photovoltaïques raccordées au réseau». Pour les dix ans de la centrale, un rapport sur l’exploitation de l’installation a été publié.